statue de Camille CLAUDEL

Statue de Camille CLAUDEL en bronze par Patrick BERTHAUD

La statue de Camille CLAUDEL a été inaugurée le 19 décembre 2019 à Montauban. La sculpture en bronze, d’une hauteur de 2 mètres, est située sur l’allée de l’empereur. Un instant fort et solennel.

Pourquoi elle ? Pourquoi Montauban ?
Vous êtes nombreux à me poser la question.
La ville de Montauban a commandé, dans le cadre d’un appel d’offres, 4 sculptures monumentales à 4 artistes différents pour accompagner le réaménagement du centre ville et la création des nouvelles ramblas. Les artistes qui souhaitaient participer devaient proposer des projets en lien avec Antoine BOURDELLE, l’enfant du pays. J’ai proposé une statue de Camille CLAUDEL. C’est une œuvre personnelle, et donc subjective. Je vous livre ci-dessous le texte de mon discours d’inauguration :

« Cette chair de cristal moite de vivre encore
Se désombrage aux yeux attesté du soleil (…)
Et le marbre émouvant des paupières mi-closes
S’accomplit de rosée au long éclair obscur
Dans le regard tiède où s’animent les roses »
Ces quelques vers sont extraits d’un poème écrit par Antoine Bourdelle en souvenir de Camille CLAUDEL. C’est ce poème qui est à l’origine de la création de cette œuvre. Le style du texte est alambiqué, il date un peu mais on sent à travers les lignes, non seulement du respect mais aussi de la tendresse, de l’affection. Ce qui est vraiment important dans ce poème, indépendamment du contenu bien sur, c’est le contexte dans lequel il a été écrit. Afin que chacun le comprenne, je vais vous faire un petit récapitulatif historique. Antoine BOURDELLE est né en 1861, comme vous le savez à Montauban. Camille CLAUDEL est née 3 ans plus tard en 1864. Tous deux se sont côtoyés dans le Paris bouillonnant de créativité de cette fin du 19° siècle. Leurs parcours professionnels se sont croisés entre 1893 et 1894 dans l’atelier d’Auguste RODIN dont ils étaient alors employés. Difficile de savoir avec précision quelles ont été leurs relations, mais une chose est certaine : BOURDELLE fût très impressionné par Camille car ce poème que je vous lisais en préambule a été écrit plus de 30 ans plus tard, en 1926.
En 1926, BOURDELLE est un homme âgé, il a 65 ans, il décèdera 3 ans plus tard.
Quant à Camille, son destin a basculé depuis longtemps, depuis ce 10 mars 1913 où elle a été internée de force à l’asile psychiatrique. En 1926, Camille, bien que vivante, n’est plus qu’une ombre, un fantôme. Qui se souvient d’elle ? Peu de gens. Mais Antoine BOURDELLE ne l’a pas oublié.
Ce poème, pour moi, n’est pas anecdotique et révèle l’importance du lien qui unissait ces 2 grands artistes.

Parlons un peu de Camille et de son œuvre maintenant. A partir de 1905, Camille vit recluse dans son atelier et sombre petit à petit dans une démence teintée de paranoïa. Elle sculpte encore mais détruit systématiquement toutes ses œuvres. En 1913, son frère le poète Paul CLAUDEL et sa mère signent l’ordonnance d’internement. Camille est enfermée à l’asile. Elle ne fera plus jamais de sculpture et décèdera à Montfavet en 1943 après 30 ans d’internement. Tant de souffrances, quel gâchis…
Son travail va progressivement tomber dans l’oubli. Le Benezit, dictionnaire de référence des artistes au 20° siècle commet l’erreur de la masculiniser et la fait mourir en 1920, à une époque où elle est encore vivante. Cela ne sera corrigé que par l’édition de 1978. En 1982, grâce au livre d’Anne DELBEE et surtout grâce au film de Bruno NUYTTEN, Camille CLAUDEL est redécouverte par le grand public. L’interprétation magistrale d’Isabelle ADJANI la positionne à nouveau sur le devant de la scène et le monde redécouvre son travail. Aujourd’hui elle est reconnue comme une personnalité incontournable de la sculpture. Pourtant, à ma connaissance, nul monument n’a été érigé en son honneur… un musée Camille Claudel a été inauguré à Nogent sur Seine en mars 2017. A Montauban, le Musée Ingres possède une sculpture d’elle, le buste de Charles Lhermite en bronze.
J’ai pensé qu’une œuvre monumentale célébrant cette personnalité unique au destin si dramatique serait pertinente dans ce nouveau parcours artistique. J’ai imaginé Camille CLAUDEL, habillée dans une grande chemise de sculpteur dont le bas semble ne jamais finir, se cambrer et plonger en arrière, comme emportée par une vague… La vague, c’est le titre que je donne à cette sculpture, en référence à ce destin impétueux et irrésistiblement sombre et référence aussi à une de ces plus célèbres sculptures. Le corps de la jeune femme est en porte à faux, ce qui lui donne l’impression de tomber sur les passants. Ce déséquilibre reflète la complexité de sa vie sentimentale et de sa carrière professionnelle.
Ce qui est déterminant, voir essentiel dans une œuvre d’art, c’est la volonté, l’intention de l’artiste. Je ne sais pas trop si c’est moi qui ai choisi Camille ou bien l’inverse. Ce que je sais, c’est que je ne me suis pas présenté face à elle comme un admirateur ébahi, ni comme un juge. J’ai tenté d’être juste. En explorant les contrastes, en abordant les zones d’ombre et de lumière de cette femme si singulière. Si Camille nous touche, si son art nous parle, c’est parce qu’elle se présente sans protection, sans filtre. Lorsque Camille sculpte, elle est pour ainsi dire, nue. C’est cela qui nous remplit d’émotions.
Pour certains, cette sculpture est un envol, pour d’autres une chute. Selon l’angle de vue, vous la trouverez romantique ou bien tragique. Comme Camille.
Je tiens à remercier la ville de Montauban, notamment Mme Brigitte BAREGES, les services municipaux ainsi que mon interlocuteur local dans la conduite de cette commande, M. Antoine REIPERT.
Cette statue ne m’appartient plus, elle est à vous. Quel sera son destin je l’ignore. J’espère qu’elle vous plaira tout comme j’espère qu’elle aurait plu à Camille.

Sculpture en hommage aux soignantsCOVID - Sculpture en hommage aux soignantsCOVID - Sculpture en hommage aux soignantsCOVID - Sculpture en hommage aux soignantsBuste de Jean d'OrmessonBuste de Jacques CHIRACSculpture en hommage aux soignantsInauguration de la statue de Camille CLAUDELInauguration de la statue de Camille CLAUDELStatue de Camille CLAUDEL en bronzeStatue de Camille CLAUDEL en bronzeCamille CLAUDELCamille CLAUDEL -sculpture en argileSculpture-bronze-du guesclinSculpture - Entreprise Schroll StrasbourgDu-Guesclin-statue-bronzeStatue monumentale en bronze de Du GuesclinStatue monumentale en bronze de Du GuesclinStatue monumentale en bronze de Du GuesclinCamille CLAUDELBertrand DU GUESCLINBertrand DU GUESCLIN / Sculpture monumentaleReception de la statue d'Anatole LE BRAZAnatole LE BRAZAnatole LE BRAZAnatole LE BRAZModelage bas-relief en argile - 2m50 / 1m20Modelage bas-reliefCamille CLAUDELCamille Claudel
Robo Gallery: You didn’t select any Robo Gallery item in editor. Please select one from the list or create new gallery